cClaude.rocks ☕ Le blog

[Nouvelles technologies, sciences et coups de gueule…]

Menu
  • Texte : ~6 minutes
  • VidĂ©o : ~13 minutes

L’intelligence collective est un concept que l’on attribue volontiers à certaines colonies d’animaux. Mais lorsque l’on parle d’humain on considùre plus que la foule est stupide, voire haineuse


Dans le meilleur de cas on parlera d’un groupe de personnes qui dĂ©battra sur un sujet, mais en aucun cas on imaginera une solution sans organisateur.

Et pourtant mĂȘme chez l’humain cela se produit.

La chaüne Fouloscopie qui est tenu par Mehdi Moussaïd chercheur à l’institut Max Planck de Berlin.

Depuis 2007, il Ă©tudie le comportement de la foule et se dĂ©crit comme Ă©tant « foulologues ». Sur son blog il dĂ©crit ce qu’il entend par le terme de fouloscopie.

Dans une vidĂ©o rĂ©cente Pourquoi la foule chante toujours juste – Feat. PV NOVA | EPISODE #7 il nous explique des phĂ©nomĂšnes autour du chant de la foule et des applaudissements.

Dans les stades ou les salles de concert, la foule aime chanter
 et elle chante juste ! Pourquoi le chant collectif est-il aussi bon, malgrĂ© la prĂ©sence de chanteurs mĂ©diocres voir carrĂ©ment mauvais ? Comment apparaĂźt la synchronisation rythmique, par exemple pendant les applaudissements ? Dans cet Ă©pisode #7, fouloscopie rime avec musique (ou pas) !

Au-delĂ  des vidĂ©os, sur son blog, il explique ces Ă©tudes sur l’intelligence collective. Je vous conseille particuliĂšrement la sĂ©rie la sagesse des foules.

Bien que ce ne soit pas l’axe principal de ces Ă©tudes, pour moi il ressort que l’intelligence collective devrait ĂȘtre beaucoup plus considĂ©rĂ©e par nos sociĂ©tĂ©s.

J’ai en fait le sentiment que l’organisation de la sociĂ©tĂ© tue l’intelligence collective ; puisque les modĂšles connus de ce type d’intelligence de demande aucun professionnel de la politique, ni mĂ©dia et encore moins de leader.

C’est par exemple assez fou que l’on parle de « reine » pour les colonies d’abeilles ou de fourmis, car la « reine » n’a dans ce cas aucun pouvoir, elle ne dĂ©cide de rien, n’organise rien. C’est un terme extrĂȘmement trompeur, qui montre combien l’Anthropomorphisme est nĂ©faste dans les analyses ou les modĂšles, puisqu’en plaquant notre modĂšle de sociĂ©tĂ©, on introduit des biais considĂ©rables dans l’ensemble des discussions Ă  venir. Laissant clairement l’idĂ©e qu’il y a un chef dans ces colonies, alors qu’il n’en est rien.

Aujourd’hui certains font le pari de l’intelligence artificielle pour rĂ©soudre des problĂšmes comme le « rĂ©chauffement climatique ». Oubliant que la cause de ce rĂ©chauffement est la consommation d’énergie, hors l’intelligence artificielle est une solution extrĂȘmement Ă©nergivore.

Et pourtant l’intelligence collective, phĂ©nomĂšne naturel, est lui au contraire trĂšs Ă©conome en Ă©nergies.

Je ne retrouve pas l’article qui de mĂ©moire Ă©tait sur l’excellent blog Hacking-social parlant des phĂ©nomĂšnes d’implications des membres d’une association.

Il s’agissait d’étudier le taux d’implication des membres d’une association. L’expĂ©rience montrait qu’il y avait environs 30 % des membres qui Ă©taient actif quel que soit l’association, en supposant que le fait de s’impliquer dans l’association n’est pas qu’un moyen pour accĂ©der Ă  autre chose, comme une position politique. Et rĂ©pondait Ă  la question, que ce passe-t-il si on retire peu Ă  peu les personnes appartement au 30 % du dĂ©but de l’expĂ©rience ? Les Ă©tudes montrent un rĂ©sultat Ă©tonnant, le nombre de 30 % de personnes impliquĂ©es reste Ă  peu prĂšs stable, comme si le groupe ne fournissait que l’effort nĂ©cessaire au maintien de l’organisation.

On peut trouver frustrant lorsqu’on est investi dans une association de constater que « peu » de personnes s’impliquent vraiment, mais on devrait plutĂŽt s’émerveiller d’une certaine Ă©conomie d’énergie collective de ce processus que l’on retrouve Ă©galement chez les animaux et les plantes.

Politique versus intelligence collective

En rĂšgle gĂ©nĂ©rale, dans nos sociĂ©tĂ©s l’intelligence collective n’est pas seulement dĂ©considĂ©rĂ©e, elle est niĂ©e puisque par nature cela contredit le dogme du l’indispensable besoin de reprĂ©sentant.

Tout dogme de type rĂ©publicain ou socialisme implique cette notion d’élite.

LibĂ©ralisme versus intelligence collective : Le problĂšme de l’individualisme.

D’une certain maniĂšre certain libĂ©raux ont certainement le sentiment de pouvoir atteindre une certaine intelligence collective en laissant libre les personnes, et mĂȘme le capitalisme revendique cela d’une certaine maniĂšre. À mon sens, tout cela va de travers dĂšs qu’on oublie le caractĂšre individualiste de ces dogmes. Puisqu’en rĂ©alitĂ©, l’aspect de compĂ©tition sous-jacente va Ă  l’encontre de l’aspect collectif.

Anarchisme versus intelligence collective.

L’anarchie est sans doute le concept politique qui permet d’accĂ©der Ă  l’intelligence collective. Cependant compte tenue des conventions sociales actuelles, l’établissement d’une anarchie, nĂ©cessiterait la mise en place de nombreux incitateurs durant la longue transition qu’imposerait le changement systĂšme.

DĂ©mocratie versus intelligence collective

Puisque le mot DĂ©mocratie a Ă©tĂ© dĂ©voyĂ© par les rĂ©gimes Ă  base de reprĂ©sentant, pour parler d’un choix issu d’un consensus il me semble qu’utiliser le terme d’intelligence collective pourrait ĂȘtre intĂ©ressant. Surtout que le terme dĂ©mocratie est extrĂȘmement connotĂ© en particulier aujourd’hui portant l’idĂ©e de choix individuel plutĂŽt qu’une notion de collectif.

Pour aller plus loin

኿


â„č 2006 - 2022 | 🏠 Accueil du domaine | 🏡 Accueil du blog