cClaude.rocks ☕ Le blog

[Nouvelles technologies, sciences et coups de gueule…]

Menu

La chaîne Trouble-Fait met en question les actions de la compagne de notre sérénissime président. Quelle légitimité a-t-elle ?

Un des projets de Macro était de légaliser l’abus de bien social et du népotisme concernant le statut de son épouse.

Remise en perspective des actions illégitimes de madame Brigitte Marie-Claude Macron Trogneux…

En dehors de tout cadre juridique Brigitte Macron utilise l’argent des Français pour des « œuvres caritatives » qui servent plus la communication du couple présidentiel que l’intérêt national. C’est du népotisme, du vol et de l’hypocrisie : pendant que son mari détruit les services publics, elle fait croire que le couple se soucie du social… avec l’argent du contribuable. N’importe quelle femme d’élu local qui ferait de même serait immédiatement poursuivie pour détournement de fonds et abus de bien social… qu’attendons-nous ?

Un constat assez clair :

Nous avons à la tête de l’état des bandits, des voleurs et des salauds qui déguisent leurs rapines en œuvres de charités.

Le cartable de Big Brother (en marge de la vidéo précédente)

L’une des sources donnée en lien avec la vidéo précédente me semble intéressante en elle-même.

Le cartable de Big Brother est une enquête de 1998… Il y a 22 ans…

Elle montre l’aspect dictatorial de l’UE. La violence de ce modelage des citoyens (les mot « sujet » ou « consommateur » seraient sans doute plus adaptés) lorsqu’on se replonge dans les mentalités de l’époque.

Cela montre la naïveté du simple citoyen face à la volonté des « élites » de contrôler l’avenir et ce pour une seule raison : le fric.

L’enquête, aussi édifiante qu’inquiétante, menée en France et en Belgique par Francis Gillery, démontre que, loin des simples restructurations dans le domaine de l’édition, une véritable révolution s’est engagée, qui conduira, à court terme, à la disparition pure et simple du système éducatif actuel.

Depuis une dizaine d’années, la très influente Table Ronde des Industriels Européens (ERT) appelle à multiplier les partenariats entre les écoles et les entreprises et réclame des responsables politiques qu’ils réfléchissent à « la manière d’adapter globalement les systèmes d’éducation et de formation permanente aux défis économiques ».

Ce puissant lobby patronal pèse de tout son poids afin d’impulser une réforme draconienne des systèmes éducatifs du Vieux Continent.

L’ERT investit dans la connaissance par l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans les écoles européennes.

Le document révèle pour la première fois les décisions qui sont prises à l’insu des citoyens par les technocrates européens en matière de mise au point d’un « système européen d’accréditation des connaissances » destiné à remplacer les diplômes nationaux, mais aussi à « ficher » le parcours éducatif et professionnel de tout un chacun.

Francis Gillery, avec Jacques Attali [SIC !], Gérard de Sélys dénoncent cette machination qui se trame sans aucun débat démocratique, cette vision libérale de l’enseignement où le savoir n’y aura droit de cité que s’il génère du profit.

« … de tous les métiers, c’est celui de l’éducation qui subira les plus grands bouleversements dus aux nouvelles technologies dans les vingt prochaines années… » – François Cornélis qui fut, par ailleurs, le dernier administrateur délégué de Petrofina.

On constate comment cette personne appartenant est pour le moins peu visionnaire, car au final, c’est aujourd’hui l’éducation nationale qui résiste le plus aux nouvelles technologies. J’ignore si c’est une bonne chose, en réalité, mais c’est un fait que ce domaine est encore peu touché par l’automatisation et l’informatique comparativement à beaucoup d’autres domaines.

Les autres sources de la vidéo

Les liens ci-dessous sont ceux publiés dans la description de la vidéo. Cependant ils ne passent pas par le minimisateur d’URL utilisé par la chaîne sur les liens d’origine.

Autres références

ᦿ


ℹ 2006 - 2022 | 🏠 Accueil du domaine | 🏡 Accueil du blog